A koa on joue ? ki commence ?

Partager sur :

Il est 20 heures, nous venons de finir notre repas, les enfants sont en pyjama, les dents lavées, c’est l’heure de notre jeu quotidien. Et là, vient la question à problème : A koa on joue ?

Kylian veut faire un King of Tokyo, Célya veut jouer à 7Wonders, Maman veut faire un Azul, et Papa veut jouer à Splendor… Quand ça commence comme ça, je peux t’assurer que ça fini souvent par : « on joue à rien, au dodo ! ».

Du coup, comment faire pour décider à quel jeu on va jouer ?

De notre côté, nous avons essayé pas mal de méthodes :

La méthode collaborative : « y’a t’il un jeu qui convient à tout le monde ? »

C’est comme cela qu’on a commencé à choisir nos jeux. Il peut y avoir des cas où cela marche, mais c’est impossible que toute la famille soit d’accord tout le temps, et nous sommes vite arrivés au point où le choix du jeu était le moment le plus chiant de ces instants jeux … Perdre 15 minutes à essayer de se mettre d’accord, c’était le meilleur moyen de ne plus avoir envie de jouer du tout… Et je n’ai pas besoin de te rappeler à quel point nos enfants ont ce sens de la contradiction 😉

La méthode directive : « c’est moi qui décide »

J’ai envie de jouer à Splendor, alors on va jouer à Splendor ! Avec un peu de chance, facile de se mettre d’accord entre parents, mais alors les enfants, c’est une autre paire de manche… Rien de pire que d’imposer des choses à nos loulous. Ça marche de temps en temps, quand on vient d’acheter un nouveau jeu, ou que c’est lié à l’activité, par exemple, un jeu à tester pour le blog. Mais autant dire que ça n’est pas la méthode qui motive toute la famille à jouer. On a vite abandonné aussi !

La méthode du roulement : « Chacun son tour de choisir »

Là, on pense tenir un truc de fou ! Chacun son tour, ce sera à une personne différente de la famille de choisir. Ce soir c’est Célya, demain ce sera Papa, après-demain Maman, etc. Ça marche quelques semaines, mais très vite nous avons atteint les limites de notre mémoire, à savoir, le fight du :
– « non c’est toi qui as déjà choisi hier »
– « mais non c’était toi »
Ça a marché un temps pour être honnête… Pour éviter ce problème de mémoire, surtout quand certains moments jeux sont espacés de plusieurs jours, on a tenté d’ordonner la rotation (on manque pas d’idée de génie hein ?) : « du plus petit au plus grand ». Bon, c’est un peu plus fiable, mais toujours pas parfait…

La méthode du hasard : « celui qui choisi sera désigné au hasard »

Après avoir essayé pas mal de méthodes, dont absolument aucune ne marche sur la durée, nous avons enfin trouvé quelque chose d’impartial (ou presque) et qui marche : le hasard !

Si quelqu’un / quelque chose pouvait choisir pour nous qui doit décider du jeu, ça éviterait quelque problème. Alors bien entendu, avant, on s’assure d’abord que toute la famille veuille jouer, peu importe le choix qui sera fait (encore un sujet pas évident).

Suivant le jeu, nous pouvons utiliser des dès, où un pion caché dans une main, où encore un bon vieux plouf plouf…
Mais pour quelque chose de totalement impartial, nous utilisons désormais une application mobile du nom de Chwazi. Cette application gratuite, permet à tous les joueurs de poser un doigt sur l’écran du téléphone, et au bout de quelques secondes, elle désignera l’une des personnes. Et l’application est plutôt jolie et sympa pour ne rien gâcher (un peu, le premier jeu de la soirée 🙂 ). Il y a plein d’autres applications du même style si celle-ci ne vous plait pas.

Ici, plus de contestation, c’est l’application qui a décidé ! Même si on évitera pas le « mais elle t’avait déjà choisie hier, ça se fait pas ! » ©Célya

Et une fois qu’on a chwazi le jeu, ki commence ?

Autre sujet de discorde, qui est le premier joueur ?
Là encore, on peut désigner quelqu’un, qui sera souvent le plus petit (pas sûr que ce soit une bonne manière d’apprendre l’équité à nos enfants), ou respecter les consignes présente sur la règle du jeu. Plusieurs inconvénients à cela : déjà premièrement il faut s’en rappeler, et rien de plus chiant que d’avoir à ressortir la règle à chaque fois, et deuxièmement ça avantagera probablement toujours le même joueur pour un jeu.

Les éditeurs ont d’ailleurs depuis toujours fait preuve de grande originalité (ou pas) sur le sujet, en voici quelques exemples :

  • Azul : le dernier à être aller au Portugal
  • Chakra : le plus stressé autour de la table
  • Galérapagos : celui qui ressemble le plus à un naufragé
  • Flamme rouge : le dernier à être monté sur un vélo
  • Pandemic : le joueur qui a été malade le plus récemment
  • SmallWorld : Le joueur qui a les oreilles les plus pointues
  • Twin It : le joueur portant le plus de couleur différente sur lui

Ou vous pouvez aussi utilisez aussi le hasard, un lancer de dés, un chi fu mi, ou encore en utilisant l’application Chwazi.

D’ailleurs l’application possède un deuxième mode permettant de gérer des équipes pour les jeux comme Big Monster, CodeNames etc… C’est aussi donc un bon moyen arbitraire d’éviter les engueulades et de se compliquer la vie avant de jouer.

Pour télécharger l’application Chwazi :

Voilà, nous espérons donc désormais que le choix du jeu « en famille » sera plus simple pour toa 🙂