Batman Gotham City Chronicles

Partager sur :

Batman Gotham City Chronicles, c’est koa ?

C’est un très gros jeu expert de figurines, avec la licence de Batman, trouvable via Kickstarter uniquement, ou prochainement via la boutique en ligne de son éditeur : Monolith. Derrière ce jeu, on retrouve Frédéric Henry, auteur de Timeline, Les Batisseurs, ou plus récemment Conan, dont Batman emprunte énormément. Nous sommes donc ici très loin des jeux dont nous parlons d’habitude sur ce blog : tu es prévenu !

Quand on dit que c’est un gros jeu, c’est parce que le All-In de la saison 1 (une deuxième saison est en cours sur Kickstarter), représente plus de 5 grosses boites de jeu, + de 200 figurines, pour environ 17kg, mais aussi plus de 200 € d’achat !

Le jeu de base est lui représenté par deux boites, dont nous allons majoritairement parler ici :

  • La CoreBox, qui contient tout le matériel nécessaire aux héros.
  • La VilainBox, qui contient tout le matériel nécessaire aux vilains.
Les deux boites de bases : à gauche Héros, à droite Vilains

Oui, parce que BGCC est un jeu asymétrique. Il se joue de 2 à 4 joueurs (ndlr : une extension à 5 joueurs existe pour la saison 2). Un joueur va incarner les vilains, quand les autres joueurs incarneront chacun un héros.

Si tu connais déjà le précédent jeu de Monolith, Conan, tu ne seras pas dépaysé car le système de jeu est le même avec plusieurs améliorations.

Nous n’allons pas rentrer dans l’intégralité des règles, car le livret fait une cinquantaine de pages, mais allons tenter de te présenter les mécaniques principales pour te donner une idée du moteur de jeu.

Batman est un jeu qui se joue par scénario. Le jeu de base (contenu exact à visualiser ici) en comporte une vingtaine. Chaque scénario va demander de choisir :

  • Une Map (parmi les 4 maps sur deux plateaux recto/verso disponible dans le jeu de base)
  • Une liste d’environ 7 vilains
  • Un héros par joueur à choisir parmi une liste pré-définie pour ce scénario

Et va demander une mise en place assez conséquente : Pions en tout genre à placer, figurines de héros et de vilains à positionner à l’endroit indiqué par le scénario.
Le scénario indiquera aussi le contexte (où sommes-nous, pourquoi, qui nous envoie là…), ce que vilains et héros doivent faire pour l’emporter, le nombre de tours, et l’état de fatigue de chaque camp.

Une des missions du livret

Suivant le scénario, les héros ou les vilains démarreront. Un tour de jeu correspondra aux héros jouant leurs actions dans l’ordre qu’ils souhaitent, puis le méchant jouant une ou deux tuiles vilain. Et ainsi de suite jusqu’à atteindre une condition de victoire ou le nombre de tours indiqué par le scénario.

À noter qu’un éditeur de scénario a été annoncé par Monolith !

Commençons par le côté des héros. Chaque héros aura une bat-tablette dans laquelle il devra insérer sa fiche de héros qui indiquera ses différentes compétences et capacité adaptée à celle du personnage en question dans l’univers Batman, ainsi que les éléments d’énergies. Sur les côtés de la tablette, on retrouvera une zone par action. Un héros aura un certains nombres d’énergies disponibles représenté par de petit cube rouge qui indiqueront le nombre de points d’actions disponible pour ce héros. Il sera aussi indiqué le nombre d’énergies qu’il récupère à chaque tour.

La bat-tablette du héros avec ici NightWing

Le système le plus important côté héros est donc celui des énergies, représentées par les 3 zones du bas. La 1ère indique les énergies disponibles, la deuxième, sa zone de fatigue, et la 3ème, la zone de blessures. Chaque action demandera de passer un cube de sa zone d’énergie disponible à celle de l’action en question.
Le héros en début de tour devra définir s’il est actif ou au repos. Actif, le héros pourra récupérer une petite quantité de cube mais réaliser un tour normal, alors qu’au repos, il pourra récupérer plus de cubes mais ne pourra faire aucune action en dehors de ses déplacements gratuits.

Les héros pourront réaliser les actions suivantes :

  • Combat au corps a corps
  • Combat à distance
  • Manipulation
  • Réflexion
  • Déplacement
  • Relance

Pour réaliser une action, il faut dépenser un nombre de cubes de notre choix de sa zone d’énergies disponible et les mettre dans la zone correspondante de sa tablette. Chaque cube donnera le nombre de dés à lancer pour cette action. Le type de dés (la couleur) sera indiqué sur notre fiche perso ainsi que le nombre maximum de cubes pouvant être présent sur cette zone d’action. On lancera ensuite le nombre de dés en espérant avoir un nombre de succès suffisant suivant l’action tentée.

Chaque héros va aussi avoir 5-6 compétences et un trait de personnage lui donnant certaines capacités de combat, réflexion, déplacement ou autres indiqués par des icônes sur sa fiche personnelle. Certains héros auront aussi des bat-gadgets à choisir parmi des cartes leurs donnant différents pouvoirs ou bonus.

Les héros ne pouvant pas mourir, ils pourront au pire être totalement blessé (avec l’intégralité de leurs cubes dans la zone de blessures) et seront forcé de passer une partie des prochains tours au repos pour récupérer des énergies en zone de fatigue puis le tour suivant en zone d’énergies disponibles. Les cubes dépensés seront déplacés en fin de tour vers la zone de fatigue.

Côté vilain, c’est assez différent, le joueur contrôlant les Vilains devra déjà prendre le poste de commande, qui lui permettra de placer les 6-7 tuiles du scénario sur la rivière dans l’ordre indique par la mission. Le méchant aura aussi un système de cube d’énergie un peu plus simple, avec une zone d’énergie disponible et une zone d’énergie non disponible. À chaque début de tour, il en récupèrera un nombre indiqué par le scénario. Il aura de plus trois zones pour dépenser ses cubes : une de déplacement, une de relance, et une de défense. Chacune avec une capacité limitée dépendant du mode de jeu ou du scénario.

La tablette des Vilains

Le vilain pourra à son tour activer zéro, une ou deux tuiles une à une. Pour ce faire, il devra payer un nombre de cubes correspondant à la position de la tuile sur la rivière (1 si c’est la première, 4 si c’est la 4ème…). Et pourra pour la tuile, effectuer un déplacement, une action, et un déplacement, et ce pour chaque figurine correspondant à cette tuile (de 1 à 4 figurines). Les actions possibles dépendent du vilain activé. Dès qu’une tuile est activée, on la repositionne en fin de rivière changeant la position des autres tuiles et par conséquent leurs coûts d’activation. Les vilains ne récupéreront les cubes dépensés qu’en début de leur tour, et devront donc les utiliser intelligemment.

Parlons un peu des maps, elles sont assez riches, déjà parce qu’elles sont représentées via une vue de dessus prenant en compte les niveaux d’élévations. Il faudra donc bien connaitre la map et les particularités d’élévations, de chute, d’escalade et de saut possible entre chacune des zones. Sachant qu’un surplomb d’un autre personnage lors d’un tir à distance donnera un dé jaune de bonus par exemple. Elles sont aussi découpées en case plus ou moins grandes et tordues suivant le plateau.
L’autre élément assez complexe concerne les lignes de vues. Est-ce que de la zone/case où mon personnage est, je peux voir cet autre personnage ? Cette réponse est donnée de trois manières, soit on peut imaginer un trait droit entre les deux points des zones sans qu’il ne traverse aucun obstacle, soit on va se repérer sur la lettre présente sur le « point » de la zone et voir si cette même lettre est présente sur le « point » de la zone de destination, soit on a une ligne blanche ou orange entre deux cases adjacentes.

Nous aurons aussi des indications sur des zones difficile, ou dangereuse, ce qui combiné aux niveaux d’élévations, pourra rendre les déplacements assez riches, « réaliste » et complexe.

Nous n’allons pas rentrer plus en détail, mais je pense avoir survolé grossièrement les différentes mécaniques de ce jeu plutôt unique.

Pour les enfants :

Très clairement, au départ, Batman Gotham City Chronicles est tout, sauf un jeu pour les enfants. Déjà de par sa richesse et sa complexité, ensuite par l’univers de Batman, très sombre, et merveilleusement représenté dans cette adaptation ludique. Chez nous, Kylian (8 ans) y joue et adore, mais l’age recommandé me parait plus proche des 12 ans et +.
Le bon côté malgré tout c’est qu’on ne tue personne : on neutralise, on blesse, mais rien de létal.
Le jeu est aussi clairement fait pour une clientèle adepte de l’univers. Il sera difficile pour des enfants d’être restreint dans les choix de personnages, et de s’approprier les caractéristiques de ceux-ci, leurs connaissances de l’univers Batman se limitant souvent aux quelques perso principaux (Batman, Robin, Catwoman), et des fois à quelques méchants (Joker et Harley Quinn), mais difficile pour eux de comprendre les enjeux et relations, malgré la petite biographie au dos des héros.
Ce n’est pas impossible pour autant de jouer avec des enfants, mais il faudra les accompagner clairement. Déjà au niveau de l’apprentissage de base des règles, mais aussi en imprimant des fiches récapitulatives des pouvoirs de leurs personnages, en supprimant quelques règles un peu complexe où en les introduisant progressivement (menace, gène, terrain difficile, chute, cascade, explosion, gaz…). Mais aussi en étant assez gentil côté vilains ou héros suivant ce que l’enfant joue. Le jeu étant aussi très difficile, les mauvais choix pouvant être assez vite fatal à la réussite de la mission, il faudra bien discuter côté héros, expliquer les choix possibles et ne pas être trop punitif en réponse….
Le jeu étant aussi très long à préparer (15-20 minutes environ et autant à ranger…), prenez bien soin de ne les intégrer qu’au moment où tout est prêt, pour ne pas perdre leurs attentions ensuite sur l’heure et quelques de jeu qui pourrait suivre.

Les parents, vous en pensez koa ?

La réception du monstrueux colis (oui, nous avons craqué sur le All-In), est déjà un grand moment. L’ouverture aussi, car il faut l’avouer, le matériel est assez incroyable. Les plateaux/maps sont superbes et d’une très grande taille, les environs 200 figurines sont toutes plus belles les unes que les autres. Les bat-tablettes à double épaisseur sont un vrai atout visuel et pratique, et l’incroyable poste de commande fini d’enfoncer le clou. Quand on ajoute encore certaines figurines assez hallucinantes des extensions (le T-Rex du manoir, ou la Bat-mobile par exemple), il confirme que c’est clairement un jeu hors-norme.

Le jeu est ensuite d’une richesse énorme (dans tous les sens du terme), les missions sont superbement thématisées et variées, les compétences sont extrêmement nombreuses, et les possibilités de jeux grâce au gameplay, aux différentes capacités et possibilités de personnages donnent des parties toutes très différentes et riche en choix et rebondissement. On se sent vraiment dans la peau de super-héros tellement chacun d’entre eux a été travaillé de manière a avoir des capacités de jeux qui colle avec ce que le personnage est dans l’univers Batman, et tellement le moteur de jeu s’adapte à merveille à tous ces pouvoirs.

C’est certain que l’univers et la licence joue beaucoup ! Quel plaisir d’incarner Batman, Robin, mais aussi James Gordon, NightWing, CatWoman, René Montoya ou côté méchant des Pingouin, Sphinx, Joker, Harley Quinn, Poison Ivy… Et surtout quel plaisir de le faire dans un jeu digne de ce nom, profond, complexe et sans concession. On apprécie énormément le côte asymétrique, car les sensations de jeux y sont très différentes et très plaisantes. Difficile de dire quel côté est plus facile à jouer tellement le nombre de choix et possibilité est grand à chaque tour de jeu.

Les possibilités de jeux offertes par les 2 boites de bases sont déjà énormes et promette des heures et des heures de parties, avec une rejouabilité très importante. Si l’on rajoute à ça les différentes extensions de la saison 1, le mode versus (qui permet un combat 1vs1 où les héros jouent aussi avec un poste de commande comme le vilain), et les autres extensions et addons de la saison 2 en cours actuellement, on espère y jouer encore dans quelques années.

Et parce que le prix et l’investissement est conséquent, on ne peut passer sous silence certaines choses qui fâchent :

  • La règle de jeu est d’une lourdeur et d’une précision bien trop importante. Tellement que l’on finit par s’emmêler les pinceaux, rater des choses importantes à force de détails, complexifier inutilement notre compréhension sur quelques phrases pas super claires ou certains points qu’on découvre en jeu. Heureusement que Monolith et d’autres Bloggeurs/Youtubeurs ont réalisés quelques vidéos pour expliquer différents éléments du Gameplay, et que les forums (The Overlord, ou BGG) sont là pour le reste.
  • Le nombre de compétences et traits important est l’un des points forts du jeu, sans conteste, mais les mémoriser est une vraie plaie. Tout n’est représenté sur les fiches héros et tuiles vilains que par une iconographie très petite et extrêmement compliqué à retenir ! Il manque clairement des fiches pour chacun des personnages récapitulant les capacités qu’ils ont. Heureusement, la communauté a résolue un peu ce problème, et on peut trouver ce genre de fiche sur BGG, mais ça fait un peu mal de devoir imprimer et plastifier des tonnes de pages sur un jeu qu’on a presque payé 300€.
  • Le rangement ! Autant côté figurine c’est du grand art, thermo au top, indication sur le dessus de chacune des boites de la position des figurines etc, autant sur le reste c’est énervant. Une fois dépunché toutes les tuiles, tokens et autres, il ne nous reste plus qu’à balancer tout ça en vrac n’importe comment… Encore une fois, vu le prix du jeu, c’est très dommageable de ne pas avoir fait le nécessaire pour que tout soit rangé correctement, et puisse faciliter la mise en place des parties.
  • Les lignes de vues ne sont aussi pas évidentes. Malgré l’ajout des lettres censées simplifier les choses, c’est encore beaucoup de débat lors des parties… Monolith à d’ailleurs sorti un excellent outil web sur ce point pour savoir précisément à partir d’une zone, les différentes lignes de vues. On apprécie, mais c’est dommage de devoir se référer à un outil.

Alors effectivement, ça fait pas mal de petites choses qui fâchent, qui ne nous paraissaient pas insurmontable pourtant quand on voit les efforts mis sur d’autres sujets. Mais on se permet toutes ces critiques, aussi parce que tout le reste est excellent et que le jeu en vaut la chandelle. Qui aime bien châtie bien comme on dit ? On vit de superbes aventures, autant côté héros que côté vilain en enchainant des combats et choix épique d’une partie à l’autre, et en cas d’échec, la seule chose que l’on voudra, c’est retenter pour, soit changer de stratégie, soit de personnages, soit de rôle (de héros à vilain ou vice-versa).

Quoi qu’il en soit, il est important de bien comprendre à qui s’adresse ce jeu. Il est assez difficile d’accès, très loin des jeux grand public, il va demander un investissement certains en temps au niveau règles, compétences, mise en place, mais aussi pour bien connaitre les différents pouvoirs des héros et vilains, afin de faire les meilleurs choix possibles pendant les parties. Il s’adresse donc plutôt à des gamers très avertis prêt à mettre leurs tripes (et leur PEL) dans un jeu, car le jeu ne plaira pas à tous (les filles à la maison accrochent bien moins que les garçons !?) ! Si tu es de ceux-là, et si en plus, l’univers Batman ne te laisse pas insensible, tu ne le regretteras pas !

Et en bon fanboys que je suis, Merci Monolith pour ce joli kiff.

Les enfants, vous en pensez koa ?

J’adore Batman parce que c’est un jeu où il faut bien réfléchir, pour bloquer l’adversaire quand tu es méchant, ou empêcher le méchant de te bloquer quand tu es un héros. Il y a des missions qui sont dures, par exemple où on commence avec beaucoup de fatigue. Il ne faut pas non plus oublier l’objectif de mission !

J’aime bien contrôler les personnages, les faire bouger, faire les actions, et les figurines sont trop bien faites. J’ai essayé aussi de jouer les méchants, j’ai trouvé ça plus facile que ça en avait l’air. J’ai toujours envie d’y jouer parce que j’adore l’univers Batman, que je connais grâce aux dessins animés. Pour le moment, j’aime aussi bien jouer les vilains que les héros. Je trouve le système avec les cubes pour les héros bien pensé, car quand on fait plein de choses, on est fatigué et il faut attendre de récupérer un peu d’énergies. J’aime bien les méchants qui ont les très grosses figurines et je trouve les détails des figurines trop bien faites.

Le jeu est assez dur aussi parce qu’il y a beaucoup de règles et de compétences et qu’on met beaucoup de temps à s’en rappeler et certaines maps sont aussi plus compliquées.

C’est mon jeu préféré en ce moment, mais c’est très long de tout installer, mettre les personnages et il faut du temps pour y jouer !

Kylian (8 ans)

Le beau-frère, t’en penses koa ?

Je n’ai pas grand chose à rajouter finalement à ce qui a déjà été dit, le jeu est beau, très beau que ce soit soit la Bat-tablette ou les Bat-maps ou encore les Bat-figurines. Tout donne envie de Bat-ifoler au milieu des nombreux personnages de la licence Batman et de jouer aux petites voitures avec la Bat-mobile contre le Bat-tyrannosaure…
Vroooooom… ra-ta-ta-ta-ta-ta…Groarrrrrr… »Attention voilà la Bat-vache!!! »…Meuuuuuuuh…

Puis vient l’heure (1h oui oui) d’apprendre les règles, les Bat-règles et même les Fat-règles et très vite on comprend que ça ne sera pas simple, ni à expliquer, ni à assimiler et c’est pour moi le gros point noir de ce jeu, la raison qui m’empêcheras de l’acheter (puis en plus j’ai pas la place) et qui me fait me dire « c’est super cool comme jeu!…chez les autres ».

Malgré tout, le jeu est prenant dès la première partie et on prend plaisir à évaluer la force de nos personnages ainsi que leurs faiblesses, mais je pense qu’il faut au moins deux, voir trois parties pour bien intégrer le système de jeu et toutes les possibilités qui en découlent, ce qui est, à mon sens, trop long et limité à un publique assez restreint, un publique patient en somme.

Parlons maintenant du prix, pour rappel 295€ la saison 1 / 282€ la saison 2 et le tout pour 577€ actuellement sur Kickstarter, ça peut paraître cher c’est vrai, mais quand on voit la qualité de fabrication du contenu et le nombres de pièces présentes dans le pack je pense que cela vaut son prix, mais je ne suis pas un expert en miniatures, loin de là. À noter tout de même un défaut sur la cape de Batman dans le pack du beau-frère, un peu dommage surtout pour le héros principal mais rien de bien méchant.

Pour finir je conseille Batman pour sa beauté et ses multiples possibilités de gameplay mais à conditions d’avoir l’entourage pour ce genre de jeux car jouer tout seul c’est beaucoup moins drôle et un peu moins de 300€ qui dorment sur une étagère c’est plutôt embêtant. Ou sinon, une autre solution, (celle que moi j’ai choisi) attendre que votre entourage l’achète et aller jouer chez eux 😉

Sur ce j’enfile mon Bat-slip, mon Bat-masque, et mes Bat-collants et je file à Gotham City combattre le crime et les forces du mal !

Pierre

Au final, on en pense koa ?

Univers et licence respectée à la lettre.
Un moteur de jeu d’une très grande richesse.
L’asymétrie entre les vilains et les héros.
Que c’est beau !
Une durée de vie très conséquente.
Matériel incroyable (figurine, plateau héros et vilain, maps…)

Matériel (hors figurines) peu pratique à ranger.
Le livret de règle assez douloureux à absorber.
Investissement temps et financier conséquent.
Qu’est ce que j’aimerais savoir peindre !


2 à 4 joueurs
60 minutes
14 et +
Par
Frédéric Henry
Editeur
Monolith Editions

A découvrir