Miyabi

Partager sur :

Miyabi est l’une des dernières sorties Haba dans la catégorie familiale (après les excellents Iquazú, Roi & Compagnie, Karuba, Honga …).

C’est un jeu pour 2 à 4 joueurs de Michael Kiesling plus connu pour la série des Azul notamment, ici accessible dès 8 ans pour des parties de 30 minutes environ.

Miyabi te met dans la peau d’un jardinier Japonais afin de composer ton propre jardin. L’objectif étant d’avoir le jardin à plusieurs niveaux le plus esthétique avec des étangs, pagodes, rochers et buissons.

En japonais, « Miyabi » signifie élégance, grâce ou encore raffinement.

Le plateau individuel de joueur à Miyabi est un quadrillage.
Les lignes correspondent à un type d’élément qui va composer ton jardin : Arbres, Pagodes, Étangs, Buissons, Rocher …
Les colonnes correspondent aux placements accessibles pour une manche.

Le jeu se déroulera entre 4 et 6 manches suivant la configuration du nombre de joueurs.

Dans Miyabi, le tour de jeu est très simple puisqu’il faudra dans l’ordre :

  • Choisir une tuile parmi celle disponible pour la manche. Toutes les tuiles ont une case qui représente l’un des types d’objets des lignes du plateau. Les tuiles disponibles sont préparées en début de manche suivant le nombre de joueurs, en plaçant un certains nombres de tuiles de chaque forme.
  • La placer sur son jardin en respectant quelques conditions de pose. L’objet de la tuile doit être placé sur la ligne correspondant à ce type d’objet, et sur une colonne n’ayant pas encore été utilisé lors de cette manche. Dès la pose effectué, place une lanterne en haut de la colonne pour indiquer qu’elle ne sera plus disponible pendant cette manche. On peut aussi superposer des tuiles du moment qu’aucun vide n’est présent dessous (pas de tuiles tordues, ou penchées dans le vide donc).

On score ensuite immédiatement les points en multipliant le nombre d’objets présents sur la tuile placée avec le niveau de hauteur de la tuile (3×1 pour une tuile étang avec 3 poissons au premier niveau par exemple, 3×3 pour la même tuile au troisième niveau).

Quand il n’y a plus de tuiles disponible ou que plus personne ne peut en poser, on passe à la manche suivante.

Si un joueur atteint sur un type d’objet le niveau 5, il prend la tuile point correspondant et remporte directement le nombre de points inscrits.

En fin de partie, on comptera en plus les points de majorité par ligne, ou le joueur ayant le plus d’un type d’objet sur une ligne remportera les points de majorité du premier joueur indiqué sur cette même ligne, et le deuxième majoritaire, la deuxième valeur.

Et c’est tout ! Le jeu arrive avec plusieurs extensions amenant soit de nouveaux éléments de scoring en fin de partie (2 points par cases du plus grand espace d’herbes vide d’un joueur, 1 points par case du plus grand espace contigus d’objet, …), soit de nouveau éléments de gameplay (le Jardin Zen, ou la Grenouille).

Et alors, on en pense koa ? 

Miyabi est un jeu abstrait très accessible et familial. On retrouve ce qu’on pouvait apprécier dans Azul du même auteur, à savoir une règle simple et facilement compréhensible, mais une profondeur de jeu très importante. Et ce même sans introduire d’extension.

La double contrainte de pose au niveau des tuiles obligeant premièrement à placer le motif de la tuile sur la ligne lui correspondant et ensuite à le placer sur une colonne non utilisée pour cette manche est diabolique et oblige à planifier grandement nos coups. Ces contraintes combinées à ce système de scoring malin (nombre de motifs sur la tuile multiplié par le niveau à laquelle on la place), vont faire que le placement va devoir être murement réfléchi afin de maximiser les points que l’on pourra gagner sur les tours suivants. Tout en essayant de garder en tête que les majorités d’éléments compteront en fin de partie, et qu’arriver à un niveau 5 pourra faire gagner des points bien précieux. Peu d’éléments à prendre en compte, mais des choix qui seront cornéliens à chaque tour et qui rendront chaque partie passionnante. Pour monter de niveau, il faudra probablement recouvrir des symboles, et donc potentiellement reculer sur les majorités de fin de partie.

L’interaction sera donc présente sur le draft et le choix des tuiles disponible, car il faudra aussi faire en sorte de freiner l’adversaire sur ses stratégies. L’interaction se fera aussi sur la course à la hauteur et aux majorités, puisque seul le premier à atteindre un niveau 5 remportera le bonus de hauteur du type d’objet concerné. Quelques adaptations sont à prévoir au niveau du nombre de tuiles à placer par manche en fonction du nombre de joueurs, rendant l’expérience excellente et assez similaire peu importe la configuration.

Le jeu de base est déjà passionnant, et l’ajout des extensions ne fait que renforcer la qualité du jeu, puisqu’elles ajouteront quelques petites règles ou quelques petites touches de scoring bienvenues, multipliant ainsi les stratégies potentielles ainsi que celle à surveiller chez nos adversaires.

Côté matériel, les tuiles et jetons Lanterne sont de bonne qualité mais les plateaux joueurs sont trop fin et dénotent un peu avec le reste du matériel. Le design de la boite est sublime, mais celui du matériel un peu plus minimaliste.

Miyabi est donc un excellent jeu abstrait pour 2 à 4 joueurs dont on entend trop peu parler et dont la richesse de gameplay pourrait bien plaire à un très grand nombre de joueurs. Nous en tout cas, on apprécie beaucoup et on te recommande chaudement de l’essayer.

2 à 4 joueurs
30mn à 1h
8 ans et +
Par
Michael Kesling
Editeur
Haba
Illustrateur
Studio Vieleck

A découvrir