Push

Partager sur :

Push, c’est koa ?

PUSH (ou Push Your Luck) est un petit jeu de Stop ou Encore par Prospero Hall chez Ravensburger. Le jeu contient des cartes numérotées de 1 à 6 dans 5 couleurs et deux types de cartes spéciales ainsi qu’un dé pour un jeu qui se veut résolument très accessible. C’est pour 2 à 6 joueurs et des parties de 20 minutes environ dès 8 ans.

Ici, il faudra cumuler le plus de cartes, tout en essayant d’en donner le moins possible aux adversaires. Le jeu contient 90 cartes (3 par valeur numérotées de 1 à 6 dans les 5 couleurs du jeu), 18 cartes “dé” et 12 cartes “Changement de sens”.

Comment on joue ?

Les joueurs vont jouer chacun leur tour et devront effectuer au choix l’une de ces deux actions :

  • Piocher des cartes
  • Sauvegarder une couleur de cartes récupérées.

Si on choisit de piocher des cartes, nous allons les piocher une par une afin de constituer de 1 à 3 colonnes. Chaque colonne ne pouvant pas avoir de carte de même couleur ou de même valeur. Toutes les cartes iront dans les colonnes, sauf les cartes changements de tour que nous mettrons de côté.

Lorsque l’on s’arrête et il faut le faire avant de ne plus pouvoir poser de cartes à cause des contraintes, on choisit et récupère une colonne de notre choix, et s’il y en a d’autres, les joueurs d’après en choisissent aussi une (l’ordre de récupération dépend du nombre de cartes “changement de tour” joué).

On place les cartes récupérées devant nous triées par couleur, et si une carte “dé” est présente dans la colonne, on lance le dé et on supprimera toutes les cartes de la couleur du dé, sauf si par chance, c’est la face noire qui sort sur le dé !

Si malheureusement nous nous arrêtons trop tard, c’est la loose. Les colonnes iront aux adversaires dans l’ordre du tour (ou inversement si un nombre de cartes “changement de tour” impair a été tiré) et nous devrons lancer le fameux dé.

Au lieu de piocher, nous pouvons aussi à notre tour décider de sauvegarder toute une colonne d’une couleur de carte récupérées, permettant ainsi de s’assurer tous les points de ces cartes pour la fin de partie. On prend donc la colonne qu’on retourne et qu’on ajoute sur un tas contenant toutes nos cartes réservées.

L’objectif de Push est d’avoir le plus de points en fin de partie, points qu’on calculera en additionnant la valeur de toutes les cartes devant nous ainsi que la valeur de nos cartes sauvegardées.

La partie s’arrêtera dès que la pioche de carte est vide.

Variante “Risques”

Pour les amateurs de chaos et d’ambiance encore plus fun, la variante “Risques” permet de changer le fonctionnement du dé lorsqu’il tombe sur la face Noire, en forçant le joueur qui tombe sur cette face à défausser toutes les cartes présentes devant lui. Horriblement méchant !

Pour les enfants :

Push fait partie de ces petits jeux intergénérationnels, pas très compliqué et assez fun. Basé sur la mécanique bien connue du Stop ou Encore, tout le jeu tourne autour de la prise de risque. Les plus jeunes pourront y jouer de manière un peu plus aléatoire en avançant sur une colonne puis en en créant d’autres uniquement quand les contraintes nous l’impose. Le tout en essayant de trouver le bon moment pour s’arrêter.

C’est le bon genre de jeu pour leurs expliquer quelques orientations stratégiques à prendre :

  • Quand sauvegarder une colonne.
  • Quand s’avoir s’arrêter.
  • Comment trouver le bon équilibre à avoir entre ce que l’on récupère et ce que l’on va “offrir” à d’autres joueurs.
  • Des premières notions de probabilités au niveau des colonnes.

Push fait donc partie des jeux familiaux assez chouette et très facile à présenter et qui peut vite devenir assez addictif.

Le hasard est bien entendu assez présent, et permet de laisser une chance à tous.

Les parents, vous en pensez koa ?

Un peu dans la lignée d’un Skyjo sur la cible, PUSH (Your luck) est un jeu familial super accessible et bien équilibré avec sa dose de hasard, de prise de risque et de moment drôle en un peu plus méchant. Le genre de jeu qui peut très vite faire mouche et devenir culte dans certains groupes de jeu.

Le hasard est forcément très présent. Cela commence lors de la constitution des colonnes en fonction des cartes que l’on pioche. Quand ça ne veut pas, on peut enchainer assez facilement un tirage catastrophique de 4/5 cartes nous donnant une 4ᵉ carte d’une couleur ou d’une valeur déjà dans les 3 colonnes. Et que dire du dé ! Nos adversaires vont s’en donner à cœur joie, et souvent, la constitution des colonnes sera plus faites pour placer une carte “dé” dans les deux autres colonnes que pour en récupérer une très bonne ! Et qui dit carte “dé”, dit dé à lancer, sorte de roulette russe qui pourra nous dégager une colonne (ou pire toutes les colonnes dans la variante Risques). C’est rageant quand ça tombe sur nous, mais il faut l’avouer, qu’est-ce que c’est drôle quand ça chambre un peu sur la table. Les vengeances seront régulières et sans pitié.

Ce hasard serait extrêmement gênant s’il était trop présent sans laisser le moindre contrôle aux joueurs. Heureusement, ça n’est pas le cas, et la mécanique du Stop ou Encore sied ici à merveille. En fonction du tirage, nous déciderons de créer une nouvelle colonne, d’en remplir une pour nous, ou au contraire pour un autre joueur. À nous de définir quand s’arrêter. La prise de risque est aussi présente dès le début du tour avec la possibilité de sauvegarder une couleur de cartes déjà récupérées ou au contraire de pousser sa chance pour tenter de récupérer plus de points au risque d’un des adversaires ensuite arrivent à nous refiler une colonne contenant le fameux dé.

Le jeu se joue de 2 à 6 joueurs mais est idéal sur les configurations de 3 à 5 joueurs. A 2 joueurs, les cartes “changement de sens” doivent être retirées de la partie, et une colonne (si trois colonnes sont faites) sera défaussée à chaque fois. A 6 joueurs, cela reste correct mais le tas de cartes sera vite épuisé et certains pourront se sentir lésés en ayant l’impression de moins jouer. De 3 à 5 joueurs par contre, c’est fun comme tout !

On pourrait reprocher un petit manque de variété si l’on enchaine les parties. Le jeu propose bien une variante risque avec lé noir (que l’on change pour ne supprimer que la plus grande colonne au lieu de toutes les cartes) mais c’est tout. Nous sommes plutôt dans le jeu que l’on va sortir de temps à autre avec plaisir sur lequel nous ne refuserons jamais une partie.

Push est une belle trouvaille dans la catégorie des jeux familiaux simples d’accès avec une bonne dose de fun. Il se place facilement autour des classiques Skyjo pour l’aspect facile à jouer et intergénérationnel et un Diamant pour le focus sur la mécanique du Stop ou Encore.

Les enfants, vous en pensez koa ?

Célya Sympa
Célya (13 ans)

J’aime beaucoup ce jeu car déjà rien que pour la mécanique c’est super simple, et c’est vraiment attractif, surtout la première fois qu’on y joue. C’est vraiment le genre de jeu où soit on continue et on gagne des points en plus, soit on arrête et dans ce cas là on ne perd rien de plus. Mais le problème c’est que lorsqu’on continue de tirer des cartes, il y a de fortes chances que l’on perde tout ce qu’on avait, donc il faut savoir doser les risques que l’on va prendre, et c’est pas toujours évident ! Et sans parler du dé qui nous fait retirer une colonne entière d’une des couleurs que nous n’avions pas sauvegardées. En soi le jeu paraît tout bête, mais il y a quand même pas mal de stratégies à adopter pour ne pas trop perdre le fil au cours de la partie. Donc je trouve qu’il est vraiment bien fait sur cet aspect-là et les manches sont d’ailleurs très fluide ce qui est très agréable.


Kylian ➡️Adore
Kylian (10 ans)

Push c’est drôle quand quelqu’un perd ses cartes à cause de la carte dé. C’est drôle aussi quand ça change de tour et que tu arrives une carte dé à quelqu’un d’autre. C’est un jeu de prise de risque comme Diamant, soit tu continues à piocher des cartes soit tu t’arrêtes pour pas prendre de cartes dés ou pour pas donner trop de cartes aux autres. C’est pas mal de sauvegarder plutôt que piocher quand tu commences à avoir plein de cartes de la même couleur. Je préfère avec le dé Noir qui fait perdre toutes les cartes car ça rend le jeu plus compliqué et diabolique.

Au final, on en pense koa ?

Un fun immédiat.
Une mécanique de Stop ou Encore originale avec les colonnes de cartes.
La variante du dé noir pour rajouter du chaos.
Peut convenir à tout âge et tout types de joueurs.
Une boite de taille relativement correcte avec un joli dé.

Rejouabilité limitée.
Moins pertinent à 2 joueurs ainsi qu’à 6 joueurs.
Un hasard assez présent qui pourrait déranger.

2 à 6 joueurs
- de 30mn
8 ans et +
Par
Prospero Hall
Editeur
Ravensburger
Illustrateur
Prospero Hall

A découvrir

Chez Ravensburger