Santorini

Partager sur :

Santorini, c’est koa ?

C’est une ile en Grèce qui à l’air somptueuse, mais ca n’est pas ici le sujet, enfin si, mais pas totalement 🙂

La boite de jeu est un très grand format

Santorini est un jeu abstrait à duel (pour deux joueurs) dont la thématique reprend le visuel de cette île grecque, avec ces fameuses habitations blanches à toit bleu. Chacun des joueurs va incarner deux ouvriers qui vont devoir bâtir ces habitations, avec pour objectif de réussir à emmener l’un de ses ouvrier sur le deuxième étage d’une bâtiment.

Le matériel est de toute beauté !

Car chaque habitation est composée, d’un rez de chaussée, d’un premier étage, d’un deuxième étage et peut être ensuite recouverte par une coupole afin de fermer l’accès a ce bâtiment pour tous les ouvriers.

Les règles sont d’une simplicité enfantine : à ton tour, tu dois :

  • choisir un de tes deux ouvriers,
  • le déplacer sur une des huit cases adjacentes, sachant que l’ouvrier ne peut monter que d’un étage à la fois, mais descendre d’autant qu’il le souhaite,
  • puis construire ensuite un bloc de bâtiment sur une case adjacente à celle d’arrivée en respectant les contraintes suivantes :
    • Un rez-de-chaussée si la case est vide,
    • un premier étage si un RDC est déjà présent,
    • un deuxième étage s’il y a déjà un premier étage,
    • une coupole si le deuxième étage est déjà là.

La partie est gagnée, dès qu’un joueur arrive a emmener son ouvrier sur un deuxième étage. Simple et déjà addictif.

Tu connais donc maintenant les règles de base, mais ce n’est pas tout ! Santorini est livré avec un paquet de 30 cartes de Dieu. Chaque dieu distribué aléatoirement (ou pas) en début de partie va te donner un pouvoir ou une condition de succès différente. Par exemple, ton personnage pourra :

  • Construire deux fois de suite,
  • Construire avant son déplacement, puis après, si il ne change pas de niveau,
  • Gagner si il arrive à faire chuter son personnage de deux étages

C’est donc pas moins de 30 pouvoirs très intéressants, et étonnement plutôt très équilibrés, qui vont donner encore plus de piment à chacune de tes parties.

Une partie gagnée par Kylian avec Demeter !

Pour les enfants :

Nous sommes ici dans un jeu abstrait très cérébral, qui ne plaira, d’emblée, pas à tout le monde. On apprécie la possibilité de pouvoir jouer sans l’utilisation de pouvoir, afin de rendre le tout plus accessible, et dès que les règles seront assimilées, l’introduction des pouvoirs deviendra indispensable.
L’effort d’anticipation à faire est déjà important sans utiliser les pouvoirs, mais peut devenir assez complexe avec. On est dans quelque chose qui s’apparente aux échecs, ou chaque coup doit être savamment réfléchi, et chaque coup adverse calculé et anticipé. L’absence total de hasard pourra donner un avantage certains aux parents.
Une partie de Santorini pour un enfant est aussi un chouette exercice de positionnement dans l’espace et de concentration. C’est pour nous accessible assez facilement dès 6-7 ans, en se contentant des dix premiers pouvoirs (qui sont numérotés) un peu plus « simple » que les vingts suivant.

Les parents, vous en pensez koa ?

L’avis est assez divisé entre Madame et Monsieur sur Santorini. Monsieur adore ce côté cérébral et calculateur et joue énormément avec Kylian. Madame est moins passionnée par ce type de jeu.
Le matériel est assez incroyable (pour la gamme de prix du jeu) et le jeu attire forcément l’oeil. Les cartes au format French Tarot profitent aussi de belles illustrations, rendant le tout très sympathique.
On apprécie aussi l’équilibrage des différents pouvoirs, même si certains sont assez dur à jouer (ou plutôt à jouer contre, comme celui qui ajoute la condition de victoire en cas de descente de deux étages). Les parties s’enchainent assez rapidement (environ 10/15 minutes contrairement à ce qu’indique la boite) et la re-jouabilité est assurée par la multitude de pouvoir présent de base.
On regrette simplement que les règles à 3 et 4 joueurs soient assez anecdotique, car le jeu perd beaucoup de sa superbe dans ses configurations. On retiendra donc Santorini comme un jeu pour deux uniquement.

Les enfants, vous en pensez koa ?

Bah moi j’aime pas forcément parce que déjà c’est trop « réfléchi» à mon goût puis les jeux de réflexions comme ça où faut limite prévoir ses coups en avances, et surtout en fonction de notre adversaire c’est, pas vraiment mon délire après chacun ses préférences. Sinon le concept de choisir aux hasards un Dieux (grec) avec un pouvoir particulier, c’est bien parce que ça rajoute quand même un p’ti plus au jeu mais sinon je reste sur mon avis…

Célya (11 ans)

C’est joli car c’est comme l’ile de Santorini (j’ai vu des photos des maisons avec le toit bleu).

J’aime bien les pouvoirs des cartes personnages. Il y a Chaos qui est super bien car il peut te donner les pouvoirs du premier jusqu’au dixième personnage ! J’aime bien aussi car c’est un peu difficile de trouver une stratégie.

Kylian (8 ans)

Au final, on en pense koa ?

Le matériel
L’envie de voyage en grèce
La richesse de jeu apportée par les pouvoirs

Les modes 3 et 4 joueurs peu intéressants
La règle en noir & blanc pour les francophones

2 joueurs
- de 30 minutes
8 ans et +

A découvrir