Foodies

Partager sur :

Foodies, c’est koa ?

Un jeu de construction de moteur (ou Engine Building) autour d’un thème culinaire et une course aux points. Une sorte de Minivilles un peu plus riche et contrôlable.

C’est un jeu de Ken Gruhl illustré par Hannah Cardoso et Saeed Jalabi chez CMON et EDGE, distribué par Asmodée en France pour 2 à 5 joueurs et des parties de moins de 30 minutes dès 14 ans d’après la boite.

Dans Foodies, nous serons responsables de 9 stands culinaire et devront faire les bons choix pour acquérir de nouveaux stands, engager des chefs célèbres pour attirer les clients à découvrir des spécialités venant de différents pays. C’est une course au point, et la partie s’arrêtera dès qu’un joueur dépasse les 20 ou 30 points suivant la configuration de joueurs.

Mise en place

Avant de démarrer, on choisira au hasard 5 cultures parmi les 10 présentes ce qui nous générera une pioche de 5×10 cartes stands qu’on placera en bas à gauche du plateau de jeu central. Les 10 cartes des 5 autres cultures pourront retourner dans la boite.

On déroulera les 6 premiers stands de la pioche sur la rivière de carte en bas du plateau.

On place aussi 2 chefs au hasard parmi les 5 présents dans la boite sur les cases du plateau prévues à cet effet.

Chaque joueur après avoir choisie une couleur, placera une étoile à sa couleur sur la section de score du plateau centrale au niveau du zéro. C’est ici qu’on comptera les scores correspondant aux étoiles remportées pendant la partie.

Chaque joueur aura un plateau personnel représentant une grille de 3×3 avec des cases numérotées de gauche à droite de 1 à 9. On placera une pièce sur les cases sans pouvoir.

Comment on joue ?

Chaque tour se déroulera de la même manière en 3 étapes.

Première étape, le joueur actif lancera le dé 10 (qui va de 0 à 9) et suivant le chiffre, tous les joueurs activeront la case correspondant au bon numéro. Si le numéro est 0, le joueur actif place le dé sur la valeur de son choix.

Si la case n’a pas de stand, on fait le pouvoir indiqué sur la case s’il y en a (généralement récupéré de l’argent) et on prend les pièces ou étoiles pouvant être présentes dessus.

Si la casse possède un stand, on va d’abord réaliser le pouvoir du stand et on regardera ensuite si des étoiles sont formés avec la jointure des stands juxtaposés. Pour chaque étoile formée, on avancera son pion étoile sur le plateau d’une case.

Deuxième étape, le joueur actif peut dépenser son argent pour acheter un nouveau stand sur la rivière de carte et la placer sur le chiffre de son choix. Le prix de chaque stand apparait dans le trou de la carte. Le stand peut aller sur une case vide ou remplacer un stand existant qui sera définitivement défaussé.

Troisième étape, le joueur actif peut aussi dépenser 4 pièces une fois par tour pour activer le premier chef (toujours présent) qui fera gagner une étoile. Il peut sinon gagner 3 étoiles une fois par partie par chef en validant les conditions d’obtention de l’un des deux autres chefs présents. Avoir deux stands de 3 cultures différentes par exemple, 5 cultures différentes, etc …

Et on passe ensuite aux joueurs suivant. Et c’est tout, jusqu’à ce qu’un joueur dépasse le nombre de points requis par la partie en fonction du nombre de joueurs !

Certaines cultures vont jouer autour des pièces en plaçant 3 pièces par colonnes ou lignes sur votre plateau quand tu tomberas sur ce stand, ou te rapporter des points de victoire si tu es celui possédant le plus de stand de cette culture. Les stands allemands vont faire gagner des prospectus qui permettront en le dépensant d’activer un stand adjacent au dé obtenu. Certains demanderont d’avoir d’autres cartes de la même culture ou pimentées par exemple sur les cases adjacentes … Pas mal de petites mécaniques différentes permettant de varier fortement les parties en fonction des cultures présentes.

Pour les enfants :

Foodies à pas mal d’argument en sa faveur pour en faire un chouette jeu familial adapté aux enfants. On peut déjà oublier la recommandation sur la boite de 14+ qui nous parait très surestimé. Le jeu est praticable facilement dès 8 ans. Les règles sont très accessibles et ne demande qu’une ou deux minutes pour être expliquées. Une fois l’iconographie des quelques cultures de la partie expliquée (et on peut le faire progressivement en fonction de leurs apparitions sur la rivière), il suffit d’expliquer les 3 phases de jeu clairement rappelées à la vue de tous sur le plateau.

Le matériel est impeccable, le visuel hyper chaleureux et coloré avec les plats des différentes cultures et surtout ces cartes stands avec un trou rond permettant de laisser visible le numéro du stand, ou le prix de la carte au marché. C’est malin et ça différencie le jeu de la masse.

Le jeu en simultanée est aussi très plaisant et il n’y a aucun temps morts pendant la partie puisqu’à chaque lancé du dé, tous les joueurs vont simultanément collecter les gains de leurs stands. Les deux étapes suivantes du joueur actif seront très rapide, et consisteront simplement à acheter un stand s’il le souhaite et appeler un chef ou valider un objectif avec un autre chef. L’autre énorme avantage de ce jeu en simultanée est que les durées de parties sont assez ramassées. Compte moins de 30 minutes même à 5 joueurs.

Nous avons fait tester le jeu a des enfants entre 8 et 13 ans, et tous ont unanimement apprécié. C’est une belle alternative à Minivilles, plus complète et stratégique sans être énormément plus complexe pour autant.

Les parents, vous en pensez koa ?

Quand on découvre le matériel et la mécanique de Foodies, on pense de suite à Minivilles pour son lancer de dé et activation du pouvoir par tous les joueurs ayant une carte sur le numéro qui va bien, et l’aspect construction de moteur. Dans Minivilles c’était pour construite un moteur à pièce afin de construire les 4 monuments, ici c’est pour construire un moteur à point. Les pièces ne servant qu’à acheter des stands pour mettre en place son moteur.

Le jeu possède une part de hasard importante avec le fameux dé 10, mais toutefois moins punitif qu’un Minivilles ne pouvait l’être. Nous n’avons pas non plus retrouvé l’un des côtés très frustrant de Minivilles qui avait un aspect “Win To Win” assez gênant. On pouvait très vite voir un joueur partir devant et devenir irrattrapable. Foodies possède aussi une rejouabilité très importante en comparaison puisque seules 5 des 10 cultures (au hasard) seront présentes à chaque partie, ainsi que 2 des 5 chefs pour les objectifs de fin.

La petite surprise de Foodies ce sont ces cartes à trous, permettant de voir à tout moment le numéro du stand ainsi que le coût de la carte sur le marché. C’est une belle trouvaille et ça donne une petite identité de plus à Foodies, d’autant plus que le matériel est de très bonne qualité.

L’aspect principal pour remporter une partie de Foodies est bien entendu la course au point. Il faudra tout de même arriver à gérer un moteur à pièces pour être capable de prendre les meilleurs stands en fonction de sa stratégie avant que les adversaires ne se ruent dessus. Il y a en tout cas plusieurs manières de remporter des étoiles dans Foodies, et les parties seront généralement un mélange de toutes ses stratégies :

  • via certains stands directement dont les cultures permettent d’en remporter. Certains en place sur votre plateau, d’autres en font gagner directement sur certaines conditions.
  • via les trois chefs du plateau (un en échange de pièce et deux en fonction d’objectif à atteindre) .
  • mais aussi via le positionnement de ses stands. Les stands possèdent des demi étoiles dans certains de leur côtés, et si une étoile complète est fait via la juxtaposition d’autres stands, à chaque fois qu’un dé tombe sur un stand qui forme une ou plusieurs étoiles, elles rapporteront de précieux points.

Foodies est une vraie belle surprise. Un jeu qu’on considère meilleur ici en tout point qu’un autre considéré comme un grand classique par beaucoup (Minivilles). Bien réalisé, avec ce qu’il faut pour une rejouabilité importante, rapide, fun et plaisant à jouer, Foodies est une excellente sortie familiale qui mérite le coup d’œil.

Les enfants, vous en pensez koa ?

Célya ➡️Adore
Célya (13 ans)

J’aime beaucoup le jeu et je trouve que le design est aussi super sympa. Le concept que chaque stand soit associé à un pays est aussi super. Et j’adore la manière dont sont faites les cartes, par exemple le petit trou qui sert à voir les chiffres du plateau, c’est original ! Moi j’aime beaucoup les stands Français et ils rapportent aussi beaucoup de points. Pis c’est pas mal quand on tombe sur un 0 avec le dé car on peut choisir le chiffre que l’on veut et forcément c’est encore mieux. Et le fait de disposer les cartes différemment pour assembler les étoiles entre elles est très bien pensé, et honnêtement je pense que sans ça le jeu aurait été un peu fade. Après j’adore ce jeu mais je trouve qu’ils auraient dû rajouter plus de pays et d’objectif car finalement on tourne vite en rond et ça m’arrive souvent de pas savoir ce que je veux faire. Mais si tu es dans ce cas-là je te conseille d’aller sur l’objectif qui nous permet d’échanger un certain nombre de pièces contre des points de victoire. Au moins tu es sûr de n’avoir rien perdu.


Kylian ➡️Adore
Kylian (10 ans)

J’aime bien Foodies parce que je trouve que c’est bien pensé l’idée de chaque stand et de chaque pays avec les chefs qui ont des objectifs différent. Chaque pays a aussi ses différents pouvoirs et c’est sympa. J’avais bien aimé une stratégie que j’avais fait avec tous les piments. J’avais même réussi à faire un stand qui rapportait 7 points à chaque fois que le dé tombait sur le 5 ! Et le chef qui fait une étoile pour 4 pièces c’est bien quand on a trop de pièce. Les tickets (Note de papa : les prospectus) c’est aussi super pratique pour changer la valeur du dé quand il ne nous plait pas.

Au final, on en pense koa ?

Les cartes à trous, pratiques et originales.
Le jeu simultanée qui donne des parties riches et rapide (- de 30 minutes).
Bonne rejouabilité avec les 10 cultures et les chefs de cuisine.
La combinaison entre le placement de ses stands et la formation des étoiles avec les stands juxtaposés.
Un thermoformage utile et bien pensé pour une mise en place rapide.

Certaines mécaniques non présentes quand certaines cultures ne sont pas dans la partie. (Les prospectus sans l’Allemagne par exemple).
Pas normal de se retrouver en manque de pièces dans la boite à 5 joueurs suivant les cultures présentes …
Quand le dé n’est vraiment pas avec nous !
On oublie quand même assez vite le thème.

2 à 5 joueurs
- de 30mn
14 ans et +
Par
Ken Gruhl
Distributeur
Asmodée France
Editeur
CMON
Illustrateur
Hannah Cardoso et Saeed Jalabi

A découvrir