Space Builder

Partager sur :

Space Builder est le dernier opus de Jonathan Favre-Godal. Un auteur que l’on suit beaucoup qui nous avait fait rire à parler de caca sur Kikafé, jouer au beerpong sans bières avec nos enfants sur Médieval Pong (co-auteur avec Didier Lenain), et bluffer comme de vilains trolls des cavernes sur Feed Ze Troll. Il revient donc dans le jeu familial avec ce Space Builder chez Djeco illustré par Philip Giordano, de 2 à 4 joueurs dès 8 ans.

C’est un jeu familial d’observation et de rapidité qui mettra tes repères dans l’espace à rude épreuve pour construire le plus vite possible et sans erreur ta ville spatiale.

Chaque joueur prend un plateau, les 8 cartes de la même couleur et place son plateau dans le même sens que tous les autres joueurs. Il pioche en main les 4 cartes comportant une étoile.
On place au centre de la table, la pile des plans. Dès qu’on révèle le plan du dessus, chaque joueur devra positionner les cartes qu’il a en main dans sa ville exactement à la position où elles se trouvent sur le plan. Attention, chaque carte est recto verso avec quelques détails bien sioux qui différencient les deux faces !
Il faudra donc, les placer au bon endroit, les positionner correctement et aussi les placer sur la bonne face.

Ça parait facile dit comme ça, mais cela va demander une gymnastique de positionnement dans l’espace diabolique ! D’autant plus qu’il faudra être le joueur le plus rapide à placer ses cartes pour taper sur le dessus de la pile et ainsi stopper toutes les constructions adverses.

Chaque carte non positionnée ajoute 1 défaut, chaque carte mal positionnée, orientée ou du mauvais côté en ajoute 2 !
Le joueur avec le moins de défaut, remporte la manche et rajoute une des cartes restantes à sa main. En cas d’égalité, celui ayant tapé remporte la manche.

On enchaine ainsi les tours jusqu’à ce qu’un joueur remporte une manche en ayant pu remplir l’intégralité de sa ville avec les 8 cartes de sa couleur.

Le jeu s’explique en moins d’une minute, et les tours s’enchainent très rapidement dans une pression intense. On est surpris de la difficulté qu’on a à positionner les cartes au bon endroit, dans le bon sens, et sur la bonne face. Le tout soumis à la pression d’être le plus rapide pour continuer à remplir sa main dans le but d’être le premier à la fin. Il n’est pas rare qu’on soit sûr de nous, le plus rapide, et qu’à la vérification, on se rend compte qu’on a juste tout faux ! C’est très drôle mais aussi très difficile 🙂. Notre fils Kylian est particulièrement infect à ce jeu et un adversaire absolument redoutable ! Les filles de la maison ne veulent même plus l’affronter et moi, je bataille tant bien que mal pour essayer de ne pas me faire ridiculiser 😂

L’auteur confirme qu’il a ce petit truc en plus pour sortir le meilleur de mécanique toute simple dans un jeu d’une efficacité sans pareil. C’est mignon avec les graphismes toujours à part propre à Djeco, et aussi bon en duel qu’à 3 ou 4 joueurs pour des parties de 15-20 minutes.

Et Kylian, tu en penses koa ?

J’aime bien parce que c’est dur de bien placer les bâtiments dans le bon sens et du bon côté. On peut s’aider de la tour bleue pour pas se tromper (en utilisant le côté du château). J’aime bien aussi essayer de battre les autres plusieurs fois et j’aime bien les illustrations.

Kylian (9 ans)
2 à 4 joueurs
20mn
8 ans et +
Par
Jonathan Favre-Godal
Editeur
Djeco
Illustrateur
Philip Giordano

A découvrir