Via Magica

Partager sur :

Via Magica, c’est koa ?

C’est un jeu de cartes, une course aux objectifs, et une adaptation du Bingo en jeu de société ! La sortie est prévue entre mars et avril 2020.

Via Magica est un jeu de Paolo Mori chez Hurrican Games illustré par une brochette d’illustrateurs assez dingue : Camille Chaussy, Mathieu Leyssenne, Régis Torres, Jérémie Fleury, Jean-Baptiste Reynaud, Biboun, Paul Mafayon. C’est aussi la rethématisation plus familiale d’Augustus qui était illustré par Vincent Dutrait à l’époque.

Dans Via Magica, il y a des grosses cartes carré représentant des portails magique. Les portails vont demander une combinaison de symbole à valider pour les invoquer et rapporteront des points de victoires et certaines fois des pouvoirs. Ces portails, au nombre de 50, existe en deux exemplaires chacun et sont de 4 types :

  • Les jaunes auront un pouvoir au moment de l’invocation
  • Les verts pourront transformer certaines de vos ressources en joker
  • Les violets rapporteront un grand nombre de points
  • Les bleus rapporteront des points en fonction des éléments de vos portails terminés en fin de partie

Dans un sac, il y aura des jetons de chaque type de symbole mais dans des quantités plus ou moins rare. Certains symboles seront présent en un seul exemplaire, d’autres en deux, et les moins rare jusqu’a six exemplaires. On retrouvera aussi deux jetons Joker.

Le but sera donc d’obtenir le plus de points de victoire dès qu’un joueur aura réussi à invoquer un septième portail. Chaque joueur tirera des symboles du sac, que chacun pourra recouvrir sur l’un de ses portails avec une gemme disponible ou présente sur un autre portail.

Mise en place

On place tous les jetons dans le sac. On distribue à chaque joueur l’aide de jeu indiquant le nombre d’exemplaires de chaque élément dans le sac, puis on distribue aléatoirement six portails par joueurs. En cas de portails identique dans sa main, on peut remplacer l’un des deux en repiochant un portail.

On place ensuite une rivière de 5 portails face visible. Puis au dessus, on positionne les objectifs de la partie en deux lignes de cinq

  • Sur une ligne, les objectifs par couleurs : qui rapporteront des points au premier joueur réussissant à invoquer un certains nombres de portails de la bonne couleur ou un portail de chaque couleur.
  • Sur l’autre ligne, les objectifs par nombre de portails

Nous allons devoir sélectionner 3 portails parmi les 6 de notre main avant de démarrer la partie. Chaque joueur va récupérer 7 diamants qui lui permettront d’invoquer ses portails.

Comment on joue ?

On va désigner un premier joueur, qui va prendre le sac et devra piocher un jeton à l’intérieur, et l’annoncer à voix haute à tous les joueurs.

Chacun pourra à l’aide d’un diamant, recouvrir l’un des symboles correspondant au jeton sur l’un de ses portails à construire. Le diamant peut venir de la réserve du joueur (7 diamants par joueur en début de partie), ou d’une autre carte portail.

Si le jeton n’est pas un joker, on laisse le jeton tiré en dehors du sac, et on tire un nouveau jeton. Si le jeton tiré du sac est un joker, le tour du joueur actif s’arrête, et le sac passera au joueur suivant, après avoir pris soin de remettre dans le sac tous les jetons tirés précédemment.

Dès qu’un joueur complète l’un de ses portails, il doit crier « Incantatum » le plus rapidement possible. Dans l’ordre des joueurs ayant annoncé cela, il devra : 

  • Monter son portail sur une ligne au dessus correspondant à celle de ses portails construits
  • Réaliser son pouvoir dans le cadre d’un portail Jaune
  • Choisir un nouveau portail dans la rivière et la réapprovisionner.
  • Prendre un des objectifs de réalisation (celui de la ligne par couleur) si une condition est respectée. Cet objectif ne sera plus disponible pour les autres joueurs.
  • Décider s’il prend un objectif de réalisation par nombre de portails invoqué. À partir du moment où un objectif est pris dans cette ligne par un joueur, ce joueur ne pourra plus jamais prendre les objectifs suivant de cette même ligne.

Pour les enfants :

Si comme nous (méchants parents), tu as déjà emmené tes enfants à un Loto, ils ne seront pas perdus. On retrouve derrière Via Magica cette mécanique du Loto de tirage au sort qu’on doit valider sur ses fiches personnelles. Ici, les grilles de Loto sont remplacées par des portails magique, et les numéros par des éléments qu’on retrouvera sous la forme d’une ligne d’éléments sur chacun de nos portails. De plis, chaque joueur va à tour de rôle piocher dans le sac et annoncer l’élément pioché, rôle qu’ils apprécieront beaucoup. 

Les visuels du jeu sont absolument superbe et l’aspect ultra-coloré devrait plaire facilement à tes bambins. Les règles du jeu sont très aisées, puisqu’il suffira de comprendre les objectifs et la technique de remplissage (soit un diamant de sa réserve, soit un déjà présent sur une carte qu’on déplace).

Les deux mécaniques un peu plus complexe à appréhender pour les plus jeunes seront :

  • la phase de choix initiale, puisqu’il faudra à partir de 6 portails distribués aléatoirement, n’en choisir que 3,
  • les pouvoirs des portails dont une aide de jeu en carte aurait pu être d’une grande aide. En son absence, on placera le dos du livret de règles à disposition des joueurs pour expliquer facilement les quelques iconographies plutôt légères toutefois à retenir.

Via Magica, en plus du choix très stratégique du portail ajoute une notion de rapidité. Dès qu’un portail est complété, il faudra crier le plus rapidement possible « Incantatum » ! Pourquoi rapidement ? Puisque ensuite, le choix du portail ainsi que la validation des objectifs seront fait dans l’ordre des joueurs ayant crié « Incantatum » ! Cet aspect rajoute encore un peu de fun, mais est aussi primordial si l’on veut contrôler un peu nos choix de portails, ainsi qu’espérer valider certains objectifs avant les joueurs. Il y a aussi une notion de prise de risque puisqu’à partir de deux portails validés, il faudra immédiatement décider à chaque portail validé si l’on prend l’objectif correspondant ou non. Sachant que si l’on décide de prendre l’objectif de deux portails par exemple, il ne sera plus possible de prendre par la suite un objectif supérieur. L’objectif pour chaque nombre de portails étant en nombre unique, il y a une course avec chaque joueur pour aller espérer atteindre en premier les objectifs à cinq ou six portails validés.

Autre élément intéressant pour nos enfants, c’est l’aspect probabilité. Les éléments étant tous en nombre différents dans le sac, c’est un excellent jeu pour apprendre et faire comprendre la probabilité à nos enfants en fonction des tirages et ce qu’ils attendent, ainsi que la prise de risque.

Via Magica est donc un superbe jeu familial bien plus riche qu’il n’y parait au premier abord, très plaisant et original avec cette mécanique de Loto. Un candidat idéal pour nos soirées jeux avec ses parties fun et rapide (environ 15/20 minutes).

Les parents, vous en pensez koa ?

Quand on m’annonce que Via Magica, nouvelle sortie chez Hurrican, est une revisite du Loto, j’avoue que j’ai peur.  Le Loto, ce jeu totalement hasardeux ou coincé dans une énorme salle des fêtes, on attend irrémédiablement qu’une de nos lignes ou notre carton soit rempli pour crier « Quine » … On avance donc prudemment et on apprend ensuite que c’est un re-thématisation d’un jeu sorti il y a de nombreuses années : Augustus. Un jeu qui jouit d’une bonne aura avec un thème romain, d’héritage et de meurtre pas très familial, qui a été retransposé ici dans un thème Magique bien plus apte à être joué avec des enfants. Le partie pris graphique est aussi très différent. Fini Vincent Dutrait, on retrouve une sorte de All Star Team des illustrateurs pour un rendu très dynamique et haut en couleur du plus bel effet. Les illustrations sont absolument superbes et finissent d’achever notre curiosité. Difficile par contre de savoir qui a dessiné quoi. Autant dans Deep Blue, qui reprenait déjà ce concept avec ses très nombreux illustrateurs, on arrivait à repérer la patte graphique de certains (Biboun, Jérémie Fleurie, …), ici c’est plus délicat tant les illustrations sont cohérentes.

Maintenant, contrairement au Loto et heureusement, Via Magica, n’est pas qu’un jeu de chance et de hasard. Les stratégies sont nombreuses et cela commence dès la mise en place, où il faudra sélectionner les 3 portails de notre choix à partir des 6 distribués au hasard. Les portails devront donc être choisi astucieusement : 

  • soit par rapport aux objectifs communs en espérant être le premier à valider 3 portails d’une couleurs, ou un de chaque couleur ou 3 du même type,
  • soit en fonction du nombre de points ou du pouvoir qu’il rapporte
  • soit par probabilité de tomber sur les bons éléments puisque la présence de chaque élément dans le sac n’est pas identique et représenté sur notre petite fiche d’aide. L’Air sera en forte présence (x6) alors que le Feu (x2) et l’Ombre (x1) bien plus rare.

Ensuite, il faudra à chaque pioche dans le sac, si l’élément pioché est disponible sur un de nos portails à construire, décider sur lequel nous allons positionner un diamant de notre réserve, ou si notre réserve est vide, décider si nous allons déplacer le diamant d’une autre ressource voir d’un autre portail sur l’élément en question. Oui, car le nombre de diamants par joueur est limité à 7 au départ. Il y a bien certains portails qui te permettront de gagner un ou deux diamants supplémentaires, mais les choix de positionnement seront très important. Tenter le gros portail qui fait beaucoup de point, avancer sur les petits portails pour rusher les objectifs, ou jouer pour gagner le plus vite certains pouvoirs pour en profiter le plus tôt possible dans la partie et être en meilleure position pour finir la partie plus rapidement ?

Via Magica est une excellente surprise. Un visuel chaleureux et réussi autour d’un gameplay accessible, rapide à jouer (15/20mn) et très solide font de ce Via Magica un jeu parfait pour nos soirées en famille. Un jeu qui devrait rester très longtemps dans notre ludothèque !

Les enfants, vous en pensez koa ?

Pour commencer, je trouve que le concept du « loto », de dire de tirer une tuile, de l’annoncer aux joueurs puis de mettre (si on le souhaite) nos diamants de cette tuile tirée sur nos cartes, est juste génial et pour moi c’est ce qui fait tout le jeu !
Ensuite il y le fait de devoir tous se battre pour avoir l’objectif de celui qui a fait le plus de portails possibles, le plus de violets (ou jaune, bleu, vert …), qui rajoute encore une stratégie au jeu et surtout l’esprit compétitif du « c’est moi qui l’aura en premier » !
Je trouve aussi le design du jeu très sympa et attractif car il représente très bien son thème, et c’est ce qui fait qu’on est encore plus plongé dans l’esprit “potions, éléments, etc…). Les petits monstres sur les cartes portails sont aussi assez mignon et ça pourrait bien plaire aux enfants comme aux adultes !
Pour finir c’est un jeu vraiment fun à jouer et je le recommande totalement !

Célya (12 ans)

J’aime bien le thème avec les monstres des portails. Et j’aime bien aussi car il y a beaucoup de techniques pour faire des points. Par exemple en ce basant sur un élément et en ayant le portail qui va faire gagner des points pour tous ces éléments qu’on aura sur nos portails. Ou en construisant des portails avec beaucoup de points de victoires marqués dessus. Ou encore avec les objectifs. On a aussi des portails qui transforme des ressources en joker. C’est sympa de tirer des jetons du sac. Des fois on attend un jeton pour faire « Incantatum » et il arrive pas, c’est énervant. Des fois tu vas essayer de dire vite « Incantatum » en finissant un portail si il y a des portails qui t’intéressent ou pas vite si ils ne t’intéressent pas.
Ma stratégie c’est de m’occuper des objectifs pour essayer d’être le plus rapide à avoir cinq ou six portails de construits ou le plus rapide pour prendre un objectif d’une couleur.

Kylian (9 ans)

Au final, on en pense koa ?

Que c’est beau !
Une revisite du bingo en jeu de société !
Rapide à jouer et très fluide
Aussi bon sur toutes les configurations de jeu (de 2 à 6 joueurs)

Hasard quand même assez présent
Quand on part sur un objectif et que la couleur de portail que l’on souhaite n’arrive pas !
Une carte aide de jeu avec ce qui se trouve au dos de la règle aurait pu être utile.

2 à 6 joueurs
20 minutes
10 ans et +
Par
Paolo Mori
Distributeur
Asmodée
Editeur
Hurrican
Illustrateur
Jérémie Fleury, Jean-Baptiste Reynaud, Biboun, Paul Mafayon, Camille Chaussy, Mathieu Leyssenne, Régis Torres

A découvrir